Spleen baroque, Premier Album

Créer cet album est l’aboutissement de trois années de travail ensemble au sein de notre trio, et nous avons voulu pour cela élaborer un répertoire très personnel, avec des pièces pour lesquelles nous portons une affection particulière . Les sonorités aquatiques on été notre fil rouge, car attiré.e.s par l'eau, y vivre à côté, la photographier et l'interpréter.  Dans un sens, l'héroïne de Spleen Baroque est Alfonsina Storni, poétesse suisse-argentine du XXème siècle. Magnifique hommage d’Ariel Ramirez et Felix Cesar Luna dans la chanson Alfonsina y el mar que nous interprétons en piste 2 et qui raconte son histoire. Sa « voix de vent et de sel » est aussi mise à l’honneur dans la piste 3, dialogue poétique entre l’un de ses textes et celui de Wetu, rappeur suisse qui l'interprète ici. L’histoire d’Alfonsina Storni nous a inspiré le ton mélancolique et iodé d'écume marine de nos neufs morceaux. Tous.tes les trois persuadé.e.s que les femmes ne sont toujours pas assez représentées sur toutes les scènes de la vie, nous avons mis en avant des compositrices, interprètes et illustratrice (Barbara Strozzi, Alice Izzo, Isabella Leonarda, Fairuz et Alfonsina Storni ) 

Quatres personnes sont intervenu.e.s avec nous pour sublimer ces neufs moments. Chacun.e à leur façon, iels ont apporté.e.s une dimension supplémentaire à l'album. 

Alice Izzo, illustratrice, artiste visuelle basée à Genève :
Nous lui devons les couleurs, la rondeur, l'imagination et l'univers graphique de ce disque. Alice est comme nous, elle touche à tout et s'approprie les surfaces, qu'elles l'attendent ou non. Nous avons adoré sa vision poétique et colorée , et si personnelle.

Zacharie Kysk, trompettiste : 
Nous avons voulu travailler avec lui pour cette sensibilité douce, exprimée à demi-mots. Cette vision du souffle qui raconte une histoire mélangée à une simplicité humaine, cette présence aura été pendant la construction de spleen baroque, une brise apaisante.

Nathan Vandenbulcke, batteur
Nous voulions rythmer encore davantage l’arrangement de l’aria de Vivaldi avec des percussions, et cela a été une évidence de faire appel à Nathan pour sa finesse de jeu et son immense sensibilité musicale. Il a su combler nos désirs en rafraîchissant Apri la Luci avec bon goût, précision et générosité.

Wetu, voix 
Il s’illustre dans Duodecima comme auteur, en ayant su mettre en mots toute la mélancolie d’Alfonsina, et livre aussi une interprétation émouvante du poème d’alphonsina Storni, douleur . Sa vibration colle à la peau de celle d'Isabella Leonarda, la compositrice de cette sonate pour violon que nous avons arrangé.

 

Ecouter un extrait de "Apri le luci, e mira" de Vivaldi: